top of page

Mercredi 18 janvier 2023 - Jean Chapitre 16 La Nécessité et l'Avantage pour Jésus de partir au ciel

Jean 16:5 Maintenant je m'en vais vers celui qui m'a envoyé, et aucun de vous ne me demande : Où vas-tu ?

De fait Thomas avait posé la première question au sujet du chemin à suivre, mais ne s’inquiétait pas du fait de ne pas savoir où ce chemin menait. Et là était ce qui est le plus important, à savoir où allons nous en suivant Jésus! Suivre un homme, même le plus merveilleux nécessite de savoir où il va!

Dans toutes les religions du monde, les hommes suivent des chemins, espérant trouver la vérité, sans savoir où ces chemins les conduisent. Certains prennent le chemin de Compostelle pensant que le fait de marcher sans savoir où ils vont finira par les conduire. D’autres partent méditer dans des pays lointains. Mais le Seigneur veut révéler à ses enfants le but, l’arrivée du chemin. Et bien que la question ne fut pas posée, Jésus allait répondre à la vrai question qu’ils auraient du poser.

Jésus venait de leur dire qu’il allait au Père et qu’ils devaient s’en réjouir. S’en réjouir pour deux raisons, la première étant que s’ils l’aiment ils savent que c’est de loin le meilleur; en descendant de la montagne de la transfiguration Jésus ne leur avait-il pas dit «combien de temps encore devrais-je vous supporter» dans le sens de rester au milieu de cette race incrédule. La deuxième était liée à l’envoi du Saint-Esprit, et donc il n’y avait pas de raison d’être triste :

Jean 16:6 Mais, parce que je vous ai dit ces choses, la tristesse a rempli votre coeur.


La nécessité de partir au ciel


Jean 16:7 Cependant je vous dis la vérité : il vous est avantageux que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai.

Le départ de Jésus était donc un avantage pour lui (en faisant abstraction de la souffrance!) mais aussi et surtout pour les disciples. Nous découvrons donc la nécessité pour Jésus d’être dans la gloire pour pouvoir envoyer l’Esprit venant en quelque sorte le remplacer. En plus de cela l’Esprit allait avoir un nouveau ministère dans le monde entier:

Jean 16:8 Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement :

Le Saint-Esprit agit dans le monde faisant prendre conscience aux hommes de leurs péchés, de leur état de pécheur. Face à cette influence dans les cœurs, ceux qui écouteront la parole annoncée par l’Église et l’écriture, sont ceux qui se préparent à se repentir, ceux que le Seigneur connaît d’avance. Les autres vont appeler cela des crises existentielles, ils vont les normaliser et chercheront des thérapies pour en être délivrés sans avoir à passer par une quelconque repentance. Et là, l’ennemi des âme leur proposera une grande panoplie de thérapies sans repentance, allant de la drogue (l’alcool,les média, l’hyper activité, le sport…), ou des «religions -placébo» calmant la conscience, voir de la philosophie existentielle; le tout associé à une pratique du péché qui finit par étouffer la voix du Saint-Esprit et de la conscience. Ce véritable péché attaché à l’homme étant de ne pas croire en la vérité et la vie, de ne pas croire que Jésus a accompli ce qui est juste en nous délivrant de la condamnation,

Triple ministère du Saint-Esprit Nous voyons un triple ministère que l'Esprit accomplira en relation avec le monde non sauvé. Il convaincra le monde; c'est-à-dire qu'Il le reprendra ou montrera qu'il est faux. Cette réprimande ciblera trois domaines dans lesquels le monde a besoin d'être réprimandé :

le péché: la loi avait révélé le péché à Israël, le S.E. agit maintenant dans le monde entier et directement dans les cœurs, au-delà de toute culture et de toute conscience de Dieu.

la justice : le S.E. révèle dans les cœurs qui cherchent que seul Jésus a agit dans la vérité

le jugement: le S.E. annonce au monde que toute désobéissance non pardonnée sera jugée et punie.

Jésus poursuivit en expliquant ces trois capacités du S.E.

Jean 16:9 en ce qui concerne le péché, parce qu'ils ne croient pas en moi; 10 la justice, parce que je vais au Père, et que vous ne me verrez plus; 11 le jugement, parce que le prince de ce monde est jugé.


Ne pas croire en Jésus laisse la puissance au péché pour détruire ta vies.

Ne pas croire à la résurrection conduit à s'attacher aux choses injustes, c'est-à-dire aux mensonges qui te conduiront à la catastrophe.

Ne pas croire que Satan fut dépouillé à la croix te conduit à paraitre en jugement, accusé par satan qui garde du pouvoir sur toi.


Ainsi le S.E. agit dans les cœurs sincères comme Moïse l'avait fait en Israël en disant les paroles de Dieu: " je met devant deux chemins, choisis la vie"


La sincérité ne sauve pas comme certains l'affirment! Mais Dieu aime les cœurs sincères et alors il envoie le S.E. pour parler et convaincre.

Aucun discours, aucune prédication ne pourra convaincre de ces 3 piliers de la vérité sans l'aide et le secours du S.E.

Jésus avait déjà dit "personne ne vient à moi si le Père ne l'attire et je le ressusciterai au dernier jour" (Jean 6.44)

Les hommes du monde sont encore dans leurs péchés parce qu’ils ne croient pas en Jésus (ce qui prouve bien que Jésus ne parle pas là de l’église qui n’a plus à être convaincue de péché!), alors le Saint-Esprit travaille leur cœur pour les convaincre de péché. Il ne fait pas ce travail dans le cœur du disciple, bien au contraire il le console, le guide, le fortifie, l’encourage, le défend. Le Saint Esprit parle aux hommes de Justice car Jésus par son acte de Justice a triomphé du péché et il y a maintenant une véritable espérance de justice qui s’oppose et domine le péché. Avant la croix, même si le Saint Esprit agissait en Israël auprès de quelques hommes (les prophètes, les sacrificateurs, les rois) le monde gisait sous la puissance du péché, c’est-à-dire de l’injustice. Maintenant le Saint-Esprit peut souffler dans le cœur des hommes, dans le monde, la notion de choses justes qui dominent les choses de la mort, l’idée que la vie est plus forte que la mort, pensée qui attire à Dieu. Le Saint-Esprit parle aussi au monde de jugement dans le sens non pas de lui faire peur en lui parlant du jugement qui tombera sur lui, mais du fait que la mort et satan ont été jugés et seront bientôt les grands perdants, et que la vérité et la justice vont triompher. Pour prendre une image connue, un bien pâle exemple, en 1942 en France et en Europe plusieurs pensaient que la liberté, la démocratie étaient perdues pour toujours et dans leurs pensées étaient prêts à abdiquer sous l’autoritarisme; mais il y eut un appel venant par les ondes qui leur annonçait que les forces du bien, de la justice, allaient triompher. Bien mieux que cela, l’Esprit crie dans les cœurs le fait que le mal est déjà condamné et qu’il va être détruit. Et même les champions de la perdition, ceux qui ont décidé de faire pacte avec satan, ont su, à un moment, qu’ils seraient un jour jugés pour leurs œuvres. Ainsi leur choix, celui de ne pas se repentir, les condamnera davantage car ils avaient eu ce témoignage en eux-mêmes.

Les disciples n’étaient pas encore nés de nouveau, pas encore nés de l’Esprit et ils ne pouvaient pas encore comprendre, croire et gérer en responsabilité tout ce que le Seigneur voulait enseigner, mais le Saint-Esprit allait le faire:

Jean 16:12 J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. 13 Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.

Le rôle du Saint-Esprit, pour les disciples, est différent du rôle qu’il a pour le monde. Il doit parler de l’avenir sur la terre: il annoncera les choses à venir. Bien entendu nous pensons en particulier au livre de l’Apocalypse de Jean, lorsque celui-ci fut enlevé en esprit. Ceci est à souligner car il s’est développé dans certains milieux évangéliques l’idée que le disciple qui s’intéresse «trop» à ces révélations parlant de l’avenir est un chrétien, sinon charnel, du moins un peu étrange. En fait nous comprenons ici que ceux qui ont cette sorte de crainte et de répulsion vis-à-vis de ce livre ne sont pas pleinement entrés dans la révélation du Saint-Esprit dont le rôle est de nous éclairer sur ce qui va arriver, tant à la terre, qu’à Israël et qu’à l’épouse.

Mais outre l’avenir le saint Esprit doit principalement nous faire connaître Jésus et tout ce qui est à lui. Et ceci dans deux directions, d’abord en inspirant les auteurs du nouveau testament et en rendant toute la parole vivante dans nos cœurs, la lumière intérieure, pour que nous y découvrions Jésus et l’ange de l’Éternel partout, le Père ayant remis toute son œuvre dans les mains du Fils qui l’a faite prospérer et a parfaitement accompli le plan de la Sagesse du Père:

Jean 16:14 Il me glorifiera, parce qu'il prendra de ce qui est à moi, et vous l'annoncera. 15 Tout ce que le Père a est à moi; c'est pourquoi j'ai dit qu'il prend de ce qui est à moi, et qu'il vous l'annoncera.

Ainsi le rôle du Saint-Esprit durant ce temps de la grâce que nous vivons est de prendre les paroles du livre et de les graver dans notre cœur afin que ce nous lisons et entendons de la part de Jésus prenne pour nous une dimension de révélation personnelle. Le Saint-Esprit rend cette parole vivante en nous et nous sommes maintenant de ceux qui ont vu Jésus à la croix, souffrir pour nous, c’est-dire que le Saint-Esprit nous rend témoin de Jésus. Tout comme Paul dit dans 1 Corinthiens 11:22, j’ai reçu du Seigneur que dans la nuit où il fut livré il prit du pain et une coupe et dit

.., Paul le savait car Marc l’avait déjà écrit, avant qu’il ne se convertisse, mais le Saint-Esprit lui en avait donné la confirmation personnelle, ainsi il n’était pas avec Jésus et les onze lors du repas pascal, mais le Saint-Esprit l’y avait conduit et il savait, par le Saint-Esprit, la valeur de l’humanité de Jésus et la valeur de son sang et le sens profond de cette célébration régulière.


Les disciples se questionnent entre eux


Jean 16:16 Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus; et puis encore un peu de temps, et vous me verrez, parce que je vais au Père.

Jésus parlait de sa mort dans quelques heures, de sa résurrection et du fait qu’il partait à la rencontre de Dieu, le Père, mais les disciples ne comprenaient rien encore à tout cela et ils prouvaient bien que Jésus disait vrai quand il leur disait qu’ils ne pouvaient pas encore supporter ce que l’Esprit leur annoncerait de sa part.Jésus annonçait déjà son départ vers le Père, dans le ciel, mais aussi qu’il se laisserait voir de ses disciples « vous me verrez »

Jean 16:17 Là-dessus, quelques-uns de ses disciples dirent entre eux : Que signifie ce qu'il nous dit : Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus; et puis encore un peu de temps, et vous me verrez ? et : Parce que je vais au Père ? 18 Ils disaient donc : Que signifie ce qu'il dit : Encore un peu de temps ? Nous ne savons de quoi il parle.

En fait cette attitude est l’attitude habituelle de celui qui, n’étant pas né de l’Esprit, né de nouveau, veut lire les écritures; les paroles de Jésus demeurent cachetées pour lui. Dernièrement un philosophe français et athée, dénigrait les premiers chapitres de l’évangile de Jean, disant, «ces paroles n’ont aucun sens, c’est de la philosophie!». Il affirmait ainsi qu’il ne comprenait rien et qu’il considérait la philosophie comme baliverne; il avait entièrement raison sur ces deux points. Ces paroles sont incompréhensibles pour celui qui n’a pas laissé l’Esprit de Dieu renouveler son intelligence. Car lorsque Jésus parlait de partir (je vais au Père) ce n’était pas un déplacement dans les dimensions de la matière. L’Esprit nous rend libre de cette matière et de la malédiction qui lui est attachée ; la liberté des enfants de Dieu est d’y échapper.

  1. Jésus répondit à la question non posée

Jean 16:19 Jésus, connut qu'ils voulaient l'interroger, leur dit : Vous vous questionnez les uns les autres sur ce que j'ai dit : Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus; et puis encore un peu de temps, et vous me verrez.

Jésus sait ce qui se passe dans nos cœurs et lorsqu’on lui pose une question, en général il commence par nous aider à la reformuler pour que nous lui posions la bonne question; par exemple la parabole du «bon samaritain» la question posée étant qui est mon prochain , et la bonne question à laquelle Jésus répondit, était de qui suis-je le prochain. A ce moment la question n’était pas même formulée, mais Jésus y répondit:

Jean 16:20 En vérité, en vérité, je vous le dis, vous pleurerez et vous vous lamenterez, et le monde se réjouira: vous serez dans la tristesse, mais votre tristesse se changera en joie.

Jésus leur annonce que leur peine sera remplacée par une grande joie, la joie de le voir ressuscité! Cette peine des disciples est liée à leur incompréhension qui n’est pas liée à leur état fautif; cette peine est liée à leur nature humaine terrestre. Il en est de même encore aujourd’hui lorsqu’un enfant de Dieu quitte ce monde, les siens, sa famille ont du mal à se réjouir bien que sachant qu’il est partant pour la gloire, car nos sentiments causent encore beaucoup de peine. Jésus essaie de les aider en prenant un exemple de la vie de tous les jours:

Jean 16:21 La femme, lorsqu'elle enfante, éprouve de la tristesse, parce que son heure est venue; mais, lorsqu'elle a donné le jour à l'enfant, elle ne se souvient plus de la souffrance, à cause de la joie qu'elle a de ce qu'un homme est né dans le monde.

Après Jean 13.20 nous avons intitulé la section « le sens de la vie » pour souligner le fait que les âmes étaient existantes et bien vivantes avant la création du monde ; connues de Dieu et la création du monde fut accueillie avec allégresse parce que c’est merveilleux pour les hommes de venir à la vie dans le monde. La naissance a bien un sens glorieux dans le plan de Dieu et la femme qui accouche, malgré ses craintes et ses douleurs expérimente une joie inconnue jusque là, une joie qui est le reflet de la gloire d’avoir accompli la volonté de Dieu, d’être entrée dans son plan.

Il y a dans l’accouchement une délivrance qui ressemble au miracle de Jésus à la piscine de Béthesda (Jean 5.5). En effet cet homme malade attendait que quelqu’un le lance dans l’eau de la piscine pour être guéri. Jésus arriva et n’eut pas besoin de l’y jeter. De même les âmes (ou les esprits) attendent que quelqu’un les engendre dans la monde pour venir dans cette grande aventure de la vie où il est possible de revêtir l’image du Fils. La femme en accouchant apporte donc une grande bénédiction à cette âme qui dans la gloire se souviendra probablement par qui elle eut cette grâce. Ainsi la tristesse et la peur de la femme sont remplacées par une grande joie. Paul va même jusqu’à dire qu’en devenant mère la femme efface en quelque sorte ses erreurs éventuelles (1 Timothée 2.15) ; mais notons qu’il affirme aussi que si la jeune fille reste vierge, elle fait bien (1 Corinthiens 7.37) si cette résolution a été prise dans le cœur, car elle sera consacrée au Seigneur toute sa vie. Ceci pour souligner que s’il y a une grande joie dans la participation au dessein de Dieu dans l’enfantement, il y a aussi d’autres manières de participer au plan de Dieu.

Jean 16:22 Vous donc aussi, vous êtes maintenant dans la tristesse; mais je vous reverrai, et votre coeur se réjouira, et nul ne vous ravira votre joie.

La joie des disciples sera alors éternelle et il n’y aura plus d’inquiétude ni d’incompréhension:

Jean 16:23 En ce jour-là, vous ne m'interrogerez plus sur rien...


Demander au Père dans le nom de Jésus


Jésus va dire une seconde fois que le disciple, ami de Jésus, peut demander au Père et maintenant il précise que cela sera le moyen de garder une joie parfaite :

Jean 16:23... En vérité, en vérité, je vous le dis, ce que vous demanderez au Père, il vous le donnera en mon nom. 24 Jusqu'à présent vous n'avez rien demandé en mon nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite.

Jean 16:25 Je vous ai dit ces choses en paraboles. L'heure vient où je ne vous parlerai plus en paraboles, mais où je vous parlerai ouvertement du Père.


Le Seigneur parle maintenant de plusieurs façons, par son Esprit répandu dans nos cœurs, mais aussi par les divers dons qu’il fait aux hommes, en particulier les ministères utiles pour l’édification des disciples. Lesquels seront exaucés parce que le Père les aime :

Jean 16:26 En ce jour, vous demanderez en mon nom, et je ne vous dis pas que je prierai le Père pour vous; 27 car le Père lui-même vous aime, parce que vous m'avez aimé, et que vous avez cru que je suis sorti de Dieu. 28 Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde; maintenant je quitte le monde, et je vais au Père.

Jean 16:29 Ses disciples lui dirent : Voici, maintenant tu parles ouvertement, et tu n'emploies aucune parabole.

30 Maintenant nous savons que tu sais toutes choses, et que tu n'as pas besoin que personne t'interroge; c'est pourquoi nous croyons que tu es sorti de Dieu. 31 Jésus leur répondit : Vous croyez maintenant.

Jean 16:32 Voici, l'heure vient, et elle est déjà venue, où vous serez dispersés chacun de son côté, et où vous me laisserez seul; mais je ne suis pas seul, car le Père est avec moi.

Jean 16:33 Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde; mais prenez courage, j'ai vaincu le monde.

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

ETUDE DU 2 février 2023 Arrestation de Jésus ................................................... 1 Jésus chez Pilate .............................................. 13 Le royaume des cieux ............

bottom of page